Présentation

En créant MaMA, nous avions dit : « Il faut que tout le monde vienne. »

Et tout le monde vient.

Mais, « tout le monde », c'est encore plus de monde chaque année. Français et étrangers, indépendants et majors du disque, producteurs de spectacles et « associatifs », salles de spectacles et festivals, sociétés civiles et organismes professionnels, managers et éditeurs de musique, startups et créateurs de contenu numérique, collectivités territoriales et syndicats, diffuseurs et médias, secteur privé et institutions subventionnées… et évidemment artistes. Encore plus de monde cette année, une fois de plus.

La quatrième édition parisienne de MaMA, la grande rencontre des professionnels de la musique, propose en trois jours, du 16 au 18 octobre, cent concerts et quarante grands débats, focus et ateliers avec plus de cent cinquante intervenants. Les jeunes structures, les indépendants, les aventuriers de l'artistique et tous les leaders de nos métiers seront là, au micro pendant les grands débats ou dans les salles et espaces conviviaux pour échanger, rencontrer, s'informer, comprendre, proposer... Pour « networker ».

Plus de monde ? Il a fallu s'étendre encore, au-delà de la vingtaine de lieux qui, dans l'axe et autour du boulevard de Rochechouart, accueillent tous les événements de MaMA. Le plus beau cinéma de Paris vient de rouvrir après des décennies de sommeil ? MaMA s'installe donc au Louxor, où auront lieu plusieurs conférences.

Évidemment, le navire-amiral reste au Trianon, ruche de contacts formels ou informels entre professionnels, et théâtre des grands débats organisés par MaMA.

Des producteurs de spectacles ont voulu s'impliquer plus encore dans la plateforme de présentation de nouveaux artistes et nous ont proposé des soirées entières dans certains lieux de concerts. Les représentants des marchés africains asiatiques, sud-américains viennent présenter de nouvelles opportunités sur ces territoires encore neufs pour les professionnels européens.

Nous n'avons pas peur non plus de poser des questions parfois embarrassantes. Vous le verrez dans le programme des grands débats organisés par MaMA : nous nous demandons pourquoi il y a si peu de femmes dans les métiers de la musique. Alors nous avons décidé qu'elles seraient plus nombreuses cette année, également dans notre programmation de concerts.

Et nous devons avouer notre chance d'avoir des partenaires publics, institutionnels et privés aussi fidèles, aussi confiants et aussi enthousiastes que les nôtres. Mais c'est peut-être aussi parce qu'ils savent que tout le monde vient à MaMA.

Daniel Colling